email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Pologne

Critique : Songs About Love

par 

- Le premier long-métrage du Polonais Tomasz Habowski est tendre et poétique, comme toute chanson d’amour devrait l’être

Critique : Songs About Love
Justyna Święs dans Songs About Love

Songs About Love a récemment remporté la compétition polonaise au Festival du cinéma indépendant Mastercard OFF CAMERA à Cracovie (du 29 avril au 8 mai). Ayant désormais trouvé un distributeur international, le film réfléchit à une tournée internationale. Réalisé par le nouveau venu Tomasz Habowski, le film fait sensation depuis sa sortie initiale au Festival du film polonais à Gdynia. Film à petit budget (il a été conçu dans le cadre du programme "microbudget" de l’Institut du film polonais), en noir et blanc et avec une actrice non professionnelle dans l’un des deux rôles principaux, le film a conquis le cœur du public, des critiques et du jury, et a remporté une récompense majeure dans la compétition consacrée aux petits budgets. Ce joli petit film, qui révèle l’atmosphère naturelle et spontanée de la Nouvelle Vague française, est un pur bonheur à regarder.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire s’inspire librement du vécu du réalisateur après son départ d’une petite ville pour s’installer à Varsovie. Les personnages viennent de deux mondes différents : Robert (Tomasz Włosok) est un jeune homme issu d’un milieu privilégié, fils d’un acteur célèbre. Il tente de percer en tant que musicien, mais sa vie urbaine, facile et agréable, semble l’occuper plus que son travail. Alicja (Justyna Święs, une chanteuse populaire d’indie pop), en revanche, a une éthique professionnelle remarquable et travaille dur comme serveuse pour joindre les deux bouts. Elle a beaucoup de talent, que ce soit en tant que chanteuse ou qu’autrice-compositrice. Robert tombe sous son charme et souhaite monnayer ses talents, sans se rendre compte que certaines choses ne sont pas à vendre.

Songs About Love est de toute évidence une tendre histoire d’amour, sans pour autant être classique, car les personnages ne sont pas sur la même longueur d’onde. Alicja, qui telle une princesse de contes de fées, possède une qualité ou un don (pensez à la voix d’Arielle dans La Petite Sirène), n’attend pas le prince charmant. Elle a un travail et un but. Elle n’a pas besoin qu’un beau rêveur lui fasse perdre la tête. Même si elle a besoin de son travail et de l’argent qu’il lui rapporte, elle ne veut pas vendre son talent, sa voix ou sa personne. Alors, si le film d’Habowski est effectivement un conte, c’est un de ceux qui dénoncent le capitalisme qui ronge le véritable talent et les contrats juteux qui peuvent être un pacte avec le diable, ce qui reflète aussi la carrière du père de Robert.

Cela vous rappelle quelque chose ? Probablement, mais le talent et le bon goût d’Habowski donnent l’impression que tout est nouveau. Il ne juge pas Robert ou ses amis hipsters. Il décrit plutôt leur façon de vivre, passant d’une soirée et d’un "projet" à un autre, protégés des difficultés les plus banales et bassement matérielles de la vie grâce à leurs privilèges. Si l’un des thèmes abordés est ici l’affrontement classes, il est dénué de violence.

Dans l’ensemble, tout dans ce film est agréablement subtil et tout simplement charmant, y compris les prises de vue rapprochées et intimes de la directrice de la photographie Weronika Bilska (qui a aussi collaboré à Ma vie merveilleus [+lire aussi :
critique
interview : Łukasz Grzegorzek
fiche film
]
e de Łukasz Grzegorzek), la musique de Kamil Holden Kryszak, et le jeu tout en retenu de Tomasz Włosok et Justyna Święs ainsi que celui des seconds rôles (Patrycja Volny, Andrzej Grabowski et Małgorzata Bogdańska, pour ne citer qu’eux).

Le film est une production de Marta Szarzyńska et Kinhouse Studio. Gutek Film est le distributeur polonais, et les ventes internationales sont assurées par Outsider Pictures.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy