email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIAN 2021 Compétition

Critique : Vous ne désirez que moi

par 

- Claire Simon analyse la relation très particulière qui unissait Marguerite Duras et Yann Andréa à travers un duel à haute tension exécuté par Swann Arlaud et Emmanuelle Devos

Critique : Vous ne désirez que moi
Swann Arlaud et Emmanuelle Devos dans Vous ne désirez que moi

À ce stade, personne ne saurait s'étonner qu'un film de Claire Simon soit une oeuvre provocatrice qui prend des risques. Le cinéma de la réalisatrice française se caractérise par son courage, son audace et sa capacité à poser des questions que peu oseraient poser. Dans Vous ne désirez que moi [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Claire Simon
fiche film
]
, en lice pour le Coquillage d'or du 69e Festival de San Sebastian, ce mélange de transgression et de courage se retrouve, et Simon va même un peu plus loin encore dans les images, pensées et sensations aussi sincères que troublantes qu'elle porte à l'écran.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le germe du film est l'ouvrage Je voudrais parler de Duras, où Yann Andréa reprend une interview à laquelle il s'est soumis volontairement pour pouvoir s’expliquer à lui-même la nature du lien puissant qui l'unissait à la célèbre écrivaine et cinéaste française. Bien aidée par le brillant travail de Swann Arlaud (dans la peau d'Andréa) et Emmanuelle Devos (qui joue la journaliste Michèle Manceaux), la réalisatrice reconstruit méticuleusement cette rencontre. iLa tension émotionnelle est palpable, mais on est également impressionné par l'acuité intellectuelle du dialogue entre ces deux personnes : elle, la journaliste tenace mais pleine d’empathie qui n'évite pas les questions les plus épineuses et lui, l'âme tourmentée incapable de comprendre la nature et la puissance d’un amour qui s'empare de lui et le fait disparaître, pour le voir renaître sous une forme totalement nouvelle. Et derrière tout cela, on sent l’omniprésence de Marguerite Duras, une femme aussi brillante et sensible certaines fois qu'impitoyable et mesquine d'autres fois.

Le film intercale dans cette reconstitution fictive de l’entretien des images réelles où l'on peut observer la manière dont Duras et Andréa interagissaient. Ces images soulignent clairement l'élément trouble de cette union, mais aussi son authenticité.

Au début, il était un admirateur fervent de l'écrivaine, un jeune étudiant en philosophie gay qui a décidé de tout abandonner quand l'attention qu'il accordait à son idole s'est trouvée payée de retour. Il n'y avait pas que leurs 38 années de différence d'âge qui séparaient les deux amants, il existait aussi entre eux des différences de statut et de bagage qui faisaient de leur relation un échange clairement déséquilibré. Malgré cela, le lien entre eux était indéfectible et sincère. Andréa confesse à Manceaux qu’il n’avait jamais vraiment fait l’amour jusqu’au moment où il a connu l’écrivaine. Il lui explique aussi la manière dont ses désirs et besoins étaient circonscrits par ceux de sa maîtresse, exigeante au point qu'elle l'empêchait d'avoir envie de manger autre chose que ce qui lui faisait envie à elle. Mais malgré cette soumission et le fait qu'elle l'insultait pour ses orientations sexuelles (décrites par Duras comme barbares), poussant son équilibre mental jusqu'à ses limites, Andréa ne renie pas tout le bien que la passion et l'amour lui ont fait. Le jeune homme se considère comme un privilégié pour avoir reçu l’attention de la femme qu'il idolâtre, pour avoir été au centre de son désir. Il voit en tout cela un accès privilégié à un univers unique qu’il admire profondément, qui lui garantit l’immortalité et la plus élevée des expériences qui soient à la portée d’un être humain.

Le jeu que Simon propose ici demande de l’attention, de la patience et de l'engagement, mais il récompense au centuple le spectateur disposé à ouvrir son âme et son esprit de la même manière que le font les personnages qui occupent l’écran.

Vous ne désirez que moi a été produit par Les Films de l’Après-midi. Les ventes internationales du film sont assurées par Luxbox. En France, il arrivera dans les salles avec Dulac Distribution.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy