email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2021 Compétition

Critique : La fuite du capitaine Volkonogov

par 

- VENISE 2021 : Dans ce thriller d’Alexeï Choupov et Natasha Merkulova, situé à l’époque de la grande purge stalinienne, le jeune acteur russe montant Youri Borisov joue le capitaine en cavale du titre

Critique : La fuite du capitaine Volkonogov
Yuriy Borisov dans La fuite du capitaine Volkonogov

Thriller politique de l’ère stalinienne avec l’intensité de la série des Bourne, La fuite du capitaine Volkonogov [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
pose la question de savoir si la bonne conscience d’une partie d’un régime totalitaire peut permettre de le dédouaner de quelque manière que ce soit. Bras long et bien armé de la loi soviétique, le capitaine éponyme du Service national de sécurité semble avoir perdu foi en la cause, et sa fuite et la violation du secret d'État déclenchent une chasse à l'homme féroce à travers Leningrad. Mais tout rêve "d'évasion" apparaît très vite comme un vœu pieux. Il ressemble à une souris acculée dans les recoins d’une boîte à chaussures. Ce film, quelquefois un peu laborieux, mais réalisé avec passion par le duo de réalisateurs Aleksey Chupov et Natasha Merkulova a fait ses débuts au Festival de Venise.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce long-métrage, compte tenu de l’horreur de son sujet politique et de nos attentes habituelles en matière de cinéma d'auteur russe, donne une impression étrange de légèreté et de simplicité. C’est un peu comme s'il courtisait déjà les spectateurs impatients des plates-formes de streaming (en effet, à l'exception de leur incroyable et très intéressante percée à Venise avec L’Homme qui a surpris tout le monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, le couple de réalisateurs a principalement travaillé pour la télévision). Volkonogov (Yuriy Borisov, jeune acteur imposant qui a brillé cette année à l’édition cannoise dans les films Compartment No. 6 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Juho Kuosmanen
fiche film
]
et La Fièvre de Petrov [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) discute avec son collègue Veretennikov (Nikita Kukushkin, doux et sensible) d’un certain type de jus de fruits servis à la cantine. De toute évidence, un plan se prépare, un arrêt de routine pour se ravitailler en jus de fruits cache autre chose. Puis, comme s'il avait réussi une audition pour un rôle dans Les Hommes du président ou Pentagon Papers, Volkonogov s'avance, déterminé, dans un couloir poussiéreux, un volumineux dossier à la main, qu’il cache dans un petit interstice de l'escalier.

Volkonogov a quitté les lieux, il est introuvable, que ce soit dans ses quartiers officiels ou au mess des officiers. En récupérant le document plus tard dans le premier acte, nous voyons furtivement son jeu. Des centaines de civils, arrêtés et de toute évidence envoyés dans des camps de travaux forcés, ont en réalité été sommairement exécutés et Volkonogov (qui ne se prénomme pas Fyodor par hasard, comme l’auteur) veut dénoncer cette dissimulation et rendre justice. Il rend visite aux familles de toutes ses victimes, des blanchisseurs aux professionnels de santé, et leur révèle l’abominable vérité. Nous réalisons alors que sa mission est en fait un acte aveugle et honorable qui consiste à faire lui-même justice. Pourtant, l’histoire que racontent Chupov et Merkulova met habilement en évidence les limites et le caractère égocentrique et discutable de sa croisade.

En bref, Volkonogov se prend pour le héros bureaucrate désintéressé du Ikiru de Kurosawa, alors qu’il est en fait perdu dans un purgatoire qui va progressivement le dépouiller de tout héroïsme. Comme dans une répétition des enjeux métaphysiques du précédent film du couple, un émissaire des enfers apparaît, le poussant à demander pardon à ceux qu’il a déçus dans l’exercice de ses fonctions officielles. Après l’annonce de la terrible nouvelle, peut-on leur en vouloir de ne pas lui donner leur bénédiction ?

Une intrigue secondaire visant à rendre l’officier en charge de la chasse à l’homme, Major Govnya (Timofey Tribuntsev) sympathique et sensible, échoue et semble un peu mièvre. Alors que le film s’enlise et que la cause de Volkonogov semble engluée dans une malheureuse répétition, l’apparente résonnance actuelle de cette parabole historique semble se perdre dans le temps.

La fuite du capitaine Volkonogov est une coproduction entre la Russie, la France et l’Estonie, produite par les sociétés Place of Power et Lookfilm. Les coproducteurs sont Homeless Bob Productions et Kinovista.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Karine Breysse)


Galerie de photo 21/11/2021 : Tallinn Black Nights Film Festival 2021 - Captain Volkonogov Escaped

26 photos disponibles ici. Faire glisser vers la gauche ou la droite pour toutes les voir.

©2021 Black Nights Film Festival

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy