email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

COURTS MÉTRAGES France

La 43e édition du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand sera numérique

par 

- Contrairement à ce que beaucoup espéraient de tout coeur, le plus grand festival du court du monde se tiendra entièrement en ligne, du 29 janvier au 6 février

La 43e édition du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand sera numérique
I am afraid to forget your face de Sameh Alaa

Si la nécessité qui s'est imposée à bien des festivals de déménager vers la Toile du fait de la pandémie a été difficile pour chacun, le coup a été particulièrement dur pour le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, qui a toujours été fier de son public enthousiaste et loyal. Rien qu'en 2020, l’événement a vendu plus de 170 000 entrées et accueilli des professionnels plus de 3500 professionnels à son Marché du Film Court. Quoiqu'il en soit, comme beaucoup de festivals partout dans le monde, Clermont fait contre mauvaise fortune bon cœur. Pour sa 43e édition, qui se tiendra du 29 janvier au 6 février, le plus grand festival du court-métrage au monde se tiendra entièrement en ligne et rendra accessible au public français 218 films répartis en 43 programmes, tandis que sa nouvelle plateforme, Shortfilmwire, permettra de servir les besoins de l’industrie dans le cadre du Marché du Film Court.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La compétition internationale du festival réunit 78 films du monde entier qui permettent comme toujours de faire un état des lieux du court-métrage dans le monde, sur un éventail très varié de sujets et de genres. Plusieurs films ont déjà été primés ailleurs, comme la coproduction entre l’Égypte et la France I am afraid to forget your face de Sameh Alaa, une téméraire exploration de la douleur qui a décroché la Palme d’or du meilleur court-métrage 2020, ou le titre israélien White Eye de Tomer Shushan, une exploration intelligente du racisme qui a gagné une foule de prix, y compris celui du meilleur court-métrage de fiction à SXSW 2020. Parmi les films plus nouveaux, on trouve le titre finlandais Nesting [Haikara] (réalisé par Siiri Halko), une exploration pince-sans-rire mais touchante de la difficulté de dire au revoir, qui fera à Clermont sa première mondiale. Le public pourra aussi découvrir Grab Them de Morgane Dziurla-Petit (Suède), une œuvre extraordinaire qui passe sous le microscope l’humanité, les fake news, les techniques de documentaire et la politique à travers des images de synthèse "deepfake" qui ont permis de greffer le visage de Donald Trump sur celui d’une femme suédoise de 60 ans.

La section Labo, dédiée aux travaux les plus expérimentaux, qui célébrera cette année son vingtième anniversaire, proposera comme à sa coutume une production ésotérique comprenant notamment le film français Maalbeek, une exploration pointue par Ismaël Joffroy Chandoutis de l’attentat survenu dans la station de métro bruxelloise Maalbeek en 2016, et le court-métrage documentaire nominé aux EFA 2020 People on Saturday (Menschen Am Samstag) de Jonas Ulrich (Suisse). La compétition nationale accueillera plus de 50 productions hexagonales, prouvant de nouveau que la France reste une des meilleures pépinières pour le format court dans le monde.

Sans surprise, les sections parallèles seront plus réduites que d'habitude, mais le cinéma jeunesse ne sera pas oublié et le programme comprend un volet spécial intitulé Regards d'Afrique.

Bien qu’il se tienne en ligne, le Marché du Film Court (qui est le plus grand événement de ce genre dédié uniquement au court-métrage) proposera malgré tout une pléthore d’activités industrie (par exemple des débats comme "Le cinéma d'animation est-il immunisé face au Covid ?", et des présentations par des buyers clefs comme Canal+, France Télévisions, ARTE et Movistar), des projections marché en ligne et la troisième édition du forum de la coproduction Euro Connection, qui présentera 13 projets de courts-métrages triés sur le volet, en provenance des quatre coins de l'Europe, qui recherchent des partenaires créatifs et financiers.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy