email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France

L'avance du CNC pour Tout le monde aime Jeanne de Céline Devaux

par 

- Le CNC soutiendra aussi les premiers longs métrages de Tamara Erde et de Zaven Najjar. Trois projets sélectionnés qui représentent respectivement la fiction, le documentaire et l’animation

L'avance du CNC pour Tout le monde aime Jeanne  de Céline Devaux
La réalisatrice Céline Devaux

Trois projets de premiers longs métrages ont été retenus lors de la 5e et dernière session 2020 du second collège de l’avance sur recettes avant réalisation du CNC. Parmi eux se distingue Tout le monde aime Jeanne de Céline Devaux, une réalisatrice multiprimée avec ses courts métrages d’animation Gros chagrin (Lion d’Or à Venise en 2017), Le repas dominical (César du meilleur court d’animation et prix de la presse internationale de MyFrenchFilmFestival en 2016) et Vie et mort de l’illustre Grigori Efimovitch Raspoutine (prix du meilleur film d’animation francophone à Clermont-Ferrand en 2013). La cinéaste passera cette fois non seulement au long métrage, mais aussi aux prises de vue réelles, même si son projet inclura également de l’animation. Elle a également écrit elle-même le scénario centré sur une jeune femme de 35 ans qui aspirait à changer le monde. Entrée en politique, elle est, suite à un scandale, contrainte de quitter son travail. Elle part au Portugal… Sylvie Pialat est aux manettes de la production Les Films du Worso, les Portugais de O Som e a Furia étant impliqués en coproduction.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Avance sur recettes également pour le projet de long métrage documentaire After The Evil de Tamara Erde, appréciée avec l’œuvre audiovisuelle This Is My Land [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(projeté à Toronto en 2014 et à Rotterdam en 2015). La réalisatrice franco-israélienne (qui a étudié notamment à l’école Le Fresnoy) se penchera cette fois sur la journaliste et chercheuse austro-britannique Gitta Sereny qui a consacré sa vie à étudier des cas de personnes ayant commis des crimes contre l’humanité ou des violences extrêmes. Pour raconter cette quête, le film mettra en place un “laboratoire du mal” comme espace cinématographique. Le projet qui avait reçu une aide à l’écriture de la région Ile-de-France, est piloté par Laurent Lavolé pour Gloria Films Production avec en coproduction les Allemands de Katuh Studio.

Enfin, le CNC soutiendra le projet d’animation Allah n’est pas obligé (lire l’article) de Zaven Najjar (remarqué notamment en 2016 avec le court métrage Un obus partout), adaptation du roman de l’Ivoirien Ahmadou Kourouma, piloté par Sébastien Onomo pour la société française Special Touch Studios avec le Luxembourg (Paul Thiltges Distributions) et la Belgique (Lunanime et Need Production).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy