email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LES ARCS 2020

Critique : Douce France

par 

- À travers une enquête menée sur leur territoire par des lycéens de banlieue parisienne, ce documentaire éclaire la prise de conscience des enjeux conflictuels du développement économique

Critique : Douce France

Enchevêtrement de routes, rumeurs incessantes des moteurs, ronds-points à foison, rocades dépeuplant les centres-villes, hypertrophie des centres commerciaux : "ça me fait penser à une fourmilière. Tous ces lieux auxquels on est habitué depuis qu’on est petit et qui font partie de nous-mêmes avec le temps. Les fast food, les marques de vêtements hors de prix…" Quand on a 17 ans, la perception des grands projets d’aménagement du territoire et de leurs conséquences sur son propre avenir dans son proche environnement, est loin d’être une évidence, tout particulièrement quand on vit dans une zone de la banlieue parisienne économiquement défavorisée et médiatiquement dépréciée.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

C’est cette prise de conscience, cet éveil de la jeune génération, que retrace le documentaire Douce France [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Geoffrey Couanon, présenté au 12ème Les Arcs Film Festival (Hors Piste Digital) dans la section Déplacer les montagnes, en amont de sa sortie française le 24 février par Jour2Fête.

"EuropaCity est le plus grand projet, pour ne pas dire le plus démesuré, de ce genre en Europe, un complexe mêlant 230 000 m2 de boutiques, des salles de spectacle, un parc aquatique et même une piste de ski artificielle. Une opération qui devrait supprimer 280 hectares de bonnes terres agricoles aux portes d’une métropole qui perd 2m² d’espaces naturels toutes les secondes". Nous sommes en 2017, à Villepinte, et les lycéens Amina, Sami et Jennyfer sont lancés par leur professeur d’histoire-géographie dans une enquête consistant à "comprendre les territoires de proximité" : "s’il y a un aménagement du Triangle de Gonesse, vous serez de potentiels clients ou travailleurs, donc cela vous concerne directement."

Voilà donc nos enquêteurs néophytes, propulsés avec leur naïveté initiale, mais aussi la curiosité et l’absence de préjugés de leur âge, dans une exploration qui leur ouvrira les yeux, en particulier sur le fait que la plaine agricole la plus fertile de France (qui est menacée par une bétonisation progressive) n’est qu’à 20 minutes de chez eux.

Réunions publiques, rencontres avec des élus locaux et avec les pilotes du projet EuropaCity qui mettent en avant les futures créations d’emploi, les €3 M d’investissements, l’impact favorable attendu sur les rentrées fiscales et la valeur de l’immobilier des communes du secteur : nos trois détectives en apprennent beaucoup, notamment à décoder les dessous de la novlangue positiviste politico-économique et à enrayer les tentatives de certains de leurs interlocuteurs de les considérer comme denrée dérisoire aisément manipulable. De plus en plus pertinents et incisifs dans leurs questions, ils se façonnent aussi une opinion au gré de micros-trottoirs auprès d’habitants, de commerçants, de jeunes de leur âge, et à travers une immersion dans le monde agricole et dans les circuits de consommation équitable. Une investigation également très riche en débats (animés) entre eux qui passe même par l’Assemblée nationale et qui se révèle un formidable accélérateur de leurs projets personnels d’avenir.

Portrait à strates multiples, Douce France est un documentaire gagnant en profondeur au rythme de l’initiation de ses protagonistes et qui brasse de très nombreuses problématiques essentielles pour le présent et le futur de la jeunesse française. Après des années de mobilisation citoyenne, le gouvernement français a finalement abandonné le projet EuropaCity, mais un nouveau projet d’urbanisation est à l’étude, et le film est une parfaite illustration, à la fois humble et subtile, de l’importance cruciale de l’information, de la réflexion active et du débat collectif contradictoire pour se construire individuellement et pour envisager un avenir social commun.

Douce France a été produit par Elzévir Films (qui assure aussi les ventes internationales) et De Deux Choses Lune.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy