email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE / MARCHÉ France

Acte 7 pour Next Step et la Semaine de la Critique cannoise

par 

- 10 jeunes cinéastes ont participé cette semaine au programme piloté par la Semaine de la Critique cannoise pour soutenir les auteurs dans leur passage au long métrage

Acte 7 pour Next Step et la Semaine de la Critique cannoise
Les dix heureux élus de la 7e session de Next Step

Pour la septième année et malgré l’annulation de l’édition cannoise 2020, l’équipe de la Semaine de la Critique pilotée par Charles Tesson a renouvelé son programme Next Step afin d'aider de jeunes cinéastes (passés par la compétition de la section parallèle cannoise) à franchir le cap du court au long métrage. Un programme incluant notamment un atelier (qui vient de se dérouler exceptionnellement en ligne), mais aussi une compétition qui distinguera l’un des projets en mai prochain (ou peut-être en juillet à en croire les rumeurs et en fonction de l’évolution des restrictions sanitaires) sur la Croisette. Parmi les lauréats des éditions précédentes (qui ont appuyé plus de 50 projets issus de 29 pays), on peut mentionner João Paulo Miranda Maria avec Memory House [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Jonas Capignano avec A Ciambra [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jonas Carpignano
fiche film
]
, Gitanjali Rao avec Bombay Rose [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Erwan Le Duc avec Perdrix [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erwan Le Duc
fiche film
]
, Sofia Quirós Ubeda avec Cendres noires [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
ou encore Patrick Vollrath avec 7500 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Patrick Vollrath
fiche film
]
.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Parmi les dix heureux élus de la 7e session se distingue la Française Naïla Guiguet avec Alyson qui est piloté en production par Alta Rocca Films. Immergé dans la pulsation des fêtes technos et abordant le sujet des familles qu’on se choisit, le scénario fait portrait d’une jeune fille dont la vie faite d’excès se conjugue difficilement à sa maternité nouvelle. Quand son compagnon, DJ, l’abandonne soudainement, Alyson doit faire l’apprentissage de l’indépendance, et sur son chemin rencontre Liv, jeune réfugiée brésilienne, avec qui elle va pouvoir redéfinir son rapport à l’amour et à la famille.

L’Espagnole Lucía Aleñar Iglesias a été sélectionnée avec Forastera, un projet piloté par Marta Cruañas Compés. Le scénario est centré sur Antonia, 16 ans, qui vient passer les vacances à Majorque chez ses grands-parents, comme chaque été. Mais lorsque sa grand-mère décède subitement, Antonia, endeuillée et à la recherche de nouvelles expériences, enfile les vêtements de la défunte. Cet acte anodin va bientôt troubler son identité : son grand-père reconnaît en elle son épouse disparue, sa mère se comporte face à elle comme une jeune fille. Durant cet été glissant vers l’étrange, Antonia apprendra que grandir, c’est découvrir qui nous habite.

L’Anglaise Molly Manning Walker travaille sur How to Have Sex, un projet piloté par Wild Swim Films. Le scénario plonge dans un rite de passage typiquement britannique où des jeunes filles passent leurs vacances à Majorque dans le but d’y perdre leur virginité dans des fêtes orgiaques. On suit le parcours de trois amies, Zara, Em et Skye qui affronteront les dynamiques de mimétismes et d’entraînement dans la pression du passage à l’acte.

Les frères belges Jan Roosens et Raf Roosens ont été retenus avec Beats of Love, un projet associant en production Savage Film et Rococo. Le scénario suit Gloria, 13 ans, dont les parents qui formaient un duo de musiciens à succès sont en instance de divorce. Sommée de choisir avec qui elle veut vivre, Gloria prend fait et cause pour sa mère, libre et fidèle à ses ambitions musicales, contre son père qui s’est rangé. Mais quand Gloria tombe amoureuse d’Imre, une jeune fille mystérieuse de 17 ans, elle aussi musicienne, son amour naissant et créatif la force à reconsidérer ses jugements sur ses parents et les complexités du sentiment amoureux.

Le Portugais Duarte Coimbra développe The Jacaranda Storm, une production Uma pedra no sapato. L’intrigue est centrée sur Helena, 23 ans, qui est en pleine interrogation sur son futur : elle met fin à ses études, se sépare de son compagnon et retourne vivre chez ses parents, trouvant un réconfort régressif dans le cocon familial. Lors d’une fête, elle fait la rencontre d’un jeune couple mystérieux, João et Teresa, militants écologistes qui semblent avoir le projet utopique de prendre la mer vers un nouveau monde…

A noter aussi deux coproductions française : Ainda de la Brésilienne Lillah Halla (coproduit par In Vivo Films et centré sur une adolescente de 16 ans confrontée à une grossesse non désirée) et Some Rain must Fall du Chinois Qiu Yang (avec Why Not en coproduction et comme protagoniste, une femme au foyer de 40 ans ne semblant plus savoir qui elle est ou qui elle veut être dont le vie va se dérober sous ses pieds à la suite d’un événement à priori anodin).

Enfin, sont aussi de la partie l’Azerbaïdjanais Teymur Hajiyev avec le projet Man in a Blue Sweater et le Canadien Graham Foy avec The Maiden.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy