email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LONDRES 2020

Critique : Wildfire

par 

- Ce film de Cathy Brady se penche sur l’impact psychologique transgénérationnel du conflit nord-irlandais à travers l’histoire de deux soeurs sur la vie desquelles planent un nuage de douleur

Critique : Wildfire
Nika McGuigan et Nora-Jane Noone dans Wildfire

Wildfire [+lire aussi :
interview : Cathy Brady
fiche film
]
est un drame sur les coeurs brisés et les traumatismes transgénérationnels qui trace des parallèles entre les problèmes auxquels font face deux soeurs, Kelly (Nika McGuigan) et Lauren (Nora-Jane Noone), et la vie après l'Accord du Vendredi saint dans une ville à la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord. Le film a fait sa première au Festival de Toronto avant de rallier le Festival BFI de Londres, où la réalisatrice Cathy Brady a reçu le Prix IWC Schaffhausen Filmmaker Bursary, en association avec le BFI.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film s'ouvre sur un montage qui donne des indices sur la nature allégorique de ce premier long-métrage touchant et comprend des images d'archives de bombes, de négociations et de libérations de prisonniers pour résumer brièvement l'histoire de la division entre le nord et le sud. De manière tout à fait pertinente, il aborde l'impact psychologique de la vérité et de la réconciliation, et la manière dont cela peut affecter une communauté, surtout les individus qui croient que leur douleur personnelle a été ignorée, voire minée, par l'accord de paix.

Est-il possible de pardonner les combattants, rebelles, meurtriers, soldats, peu importe le nom qu'on veut leur donner, quand on a perdu un père, un mari, un frère ou un fils ? Après avoir posé cette question, au second plan, sur des panneaux d'affichage ainsi qu'à la télévision et à la radio, Brady ose évoquer la question du Brexit et poser son regard sur le nuage gris que le divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne fait planer sur la fragilité de la paix en Irlande.

Mais ce qui fait de Wildfire un film envoûtant, c'est la relation entre les deux soeurs et les vérités qu'elles sont enfin capables de se communiquer l'une à l'autre concernant la mort de leur mère. Quand Kelly revient chez elle, après avoir disparu pendant deux ans, sa soeur Lauren est déroutée mais elle comprend, malgré la consternation que cela provoque chez son mari Sean (Martin McCann), sensible à sa peine. Dans la communauté locale, les filles ont la réputation d'être folles, avant tout à cause du comportement de leur mère désormais décédée, très traumatisée par "Les Troubles" (l'autre nom du conflit nord-irlandais, ndlt.).

Kelly était initialement partie suite à la mort de leur mère. À son retour, d'anciennes attitudes refont surface, surtout au niveau de sa relation avec sa soeur. Parfois, elles passent de bons moments, comme quand elles vont nager ensemble ou font des commentaires potaches sur l'élément totalement arbitraire de la frontière. D'autres fois, leurs rapports sont plus compliqués, comme quand elles parlent du manteau que leur mère portait quand elle est morte. Dans tous les cas, on a toujours l'impression que les ténèbres ne sont pas loin : leurs dissensions se lisent dans l'image d'un petit-déjeuner laissé intact ou d'une séance de jardinage nocturne. La grande révélation de ce qui se passe en fait entre elles survient dans un pub (après tout, on est en Irlande), mais ce qui est vraiment marquant dans cette scène n'est pas l'information qui nous y est fournie : c'est le comportement de Kelly tandis qu'elle se confronte à un démon de son passé.

Les interprétations des deux actrices principales sont chargées d'émotion. Hélas, celle de McGuigan aura été sa dernière, car elle a succombé à un cancer peu après la fin du tournage. Brady a vraiment mis beaucoup de choses dans son film, ce qui fait que certains moments se terminent de manière trop abrupte. Cependant, c'est un défaut mineur dans un récit qui enquête avec un belle ferveur sur l'impact psychologique durable des bombes plutôt que sur les sentiments viscéraux immédiats qu'on a en les voyant exploser.

Wildfire a été produit par Tempesta Film UK, Cowboy Films (Royaume-Uni) et Samson Films (Irlande). Les ventes internationales du film sont assurées par Great Point Media.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy