email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VARSOVIE 2020

Critique : Magnesia

par 

- Cette tentative de western projetée au Festival de Varsovie, inspirée à la fois des westerns spaghetti et de la relecture par Tarantino de ce genre, n’est qu’à moitié réussie

Critique : Magnesia
Dawid Ogrodnik et Mateusz Kosciukiewicz dans Magnesia

Difficile de ne pas être impressionné par Magnesia [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Maciej Bochniak
fiche film
]
, le deuxième long-métrage de Maciej Bochniak qui, en plus de son premier film de fiction, Disco Polo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, a également réalisé le documentaire HBO Ethiopique. Music of the Soul, touchant et très bien fait. La puissante prémisse conceptuelle de son nouveau film (présenté dans le cadre de la compétition internationale du Festival de Varsovie), qui est qu'il s'agit d'un western situé dans les années 1920 dans un coin reculé de la Pologne, proche de la frontière soviétique, est admirable, principalement grâce à un magnifique travail de production et à la troupe, composée de stars polonaises dont Dawid Ogrodnik, Maja Ostaszewska, Andrzej Chyra, Mateusz Kościukiewicz (qui a également écrit le scénario), Agata Kulesza, Borys Szyc et Magdalena Boczarska. Cependant, l'admiration qu'on sent d'abord est fugace. Les maintes références au cinéma et à la littérature polonais et mondiaux qu'on trouve ici font de Magnesia un film divertissant, mais aussi un peu superficiel. L’intrigue se divise et part dans de nombreuses directions différentes, nous présentant une vaste galerie de personnages scintillants, mais la raison et la signification de l'ensemble ont apparemment été englouties sous tous ces ornements.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire réunit deux grands groupes de personnages, pourrait-on dire : les sœurs Lewenfisz, dont la famille a régné sur cette terre pendant des décennies, et les frères siamois Houdini, qui sont réunis par leur os de la hanche et l’ambition qu’ils partagent de faire quelque chose de spécial de leur vie. Ils travaillent comme photographes (sous le nom de "Magnesia" repris pour le titre du film) et prévoient de s'emparer des richesses des Lewenfisz avant de partir au galop vers l'horizon d'un ciel couchant avec la ravissante Helena – même si physiquement, ça paraît compliqué. Pendant ce temps-là, Róża, l'aînée des soeurs Lewenfisz, veut sécuriser sa position de boss d’une organisation de type mafieux agissant dans la région et conclure une affaire lucrative avec le racketteur soviétique Lew, tout en faisant de son mieux pour cacher ses sentiments vis-à-vis de son fils, le fort joli Feliks.

Magnesia, avec toutes ses scintillants éléments de western et sa séduisante photographie couleur rouille (bravo à Paweł Chorzępa), repose fortement sur les interprétations de ses acteurs, en particulier celles de Dawid Ogrodnik (une des moitiés des frères Houdini), Borys Szyc (qui joue une des soeurs Lewenfisz de manière très comique mais jamais exagérée) et Agata Kulesza dans le rôle l'inspectrice de police coriace.

Les personnages féminins du film, qui portent des armes à feu, tirent sans avertissement, dirigent leur communauté et n'obéissent qu'à leurs propres règles, sont son aspect le plus intrigant, et il coïncide bien avec ce qui se passe actuellement dans le cinéma polonais – alors que les réalisatrices de film sont en train de réclamer à voix haute leurs droits et se battent pour la parité. Bochniak (qui, incidemment, est marié à une des plus grandes stars émergentes de Pologne et d'Europe, Joanna Kulig de Cold War [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Pawel Pawlikowski
fiche film
]
), de même que Piotr Adamski (Eastern [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), ont su saisir l’esprit du temps en rendant hommage à l’émancipation féminine et en manifestant leur soutien. Il est intéressant que tous deux utilisent pour le faire le genre du western, un genre qui tourne aussi clairement autour des jeux de pouvoirs et du conflit au sens physique. Les revolvers, grands manteaux et boucles de cheveux rouge feu dansant dans le vent semblent être à la mode cette saison.

Magnesia a été produit par Aurum Film (The Last Family [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Dawid Ogrodnik
fiche film
]
). Le film arrivera dans les cinémas polonais le 20 novembre. Il n'a pas encore de distributeur à l'international.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy