email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS / PRIX France

Un Festival Lumière exceptionnel unissant passé et présent

par 

- 23 films de la Sélection Officielle cannoise 2020 en vitrine à Lyon du 10 au 18 octobre pour la 12e édition de l’événement dédié ordinairement seulement aux œuvres de patrimoine

Un Festival Lumière exceptionnel unissant passé et présent
Last Words de Jonathan Nossiter

A circonstances exceptionnelles, programmation exceptionnelle. Dans les circonstances très particulières de la crise sanitaire, dont les récents rebondissements en France limitent notamment la jauge dans les plus grandes salles de la manifestation, le Festival Lumière piloté par Thierry Frémaux proposera du 10 au 18 octobre une 12e édition inédite. Le plus grand événement mondial dédié au cinéma de patrimoine s’offre en effet aussi une plongée dans le présent : sur près de 150 films au menu, 23 longs métrages de la Sélection Officielle cannoise 2020 figurent à l’affiche.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Parmi eux pointent dix premières françaises : trois titres passés par la compétition à San Sebastián (Drunk [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Danois Thomas Vinterberg qui a raflé au Pays basque le prix d’interprétation masculine, Passion simple [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Danielle Arbid
fiche film
]
de la Libanaise Danielle Arbid et Au crépuscule [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sharunas Bartas
fiche film
]
du Lituanien Šarūnas Bartas), Falling [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de l’américano-danois Viggo Mortensen (dévoilé au Festival de Sundance), trois longs de cinéastes français (L’Origine du monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Laurent Lafitte
fiche film
]
de Laurent Lafitte, Vaurien [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Peter Dourountzis et Médecin de nuit [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Elie Wajeman), le film à sketches Septet : The Story of Hong Kong et les œuvres d’animation Aya et la sorcière du Japonais Gorô Miyazaki et Soul de l’Américain Pete Docter (que Disney vient de renoncer à sortir en salles au profit de sa plate-forme de streaming).

De la Sélection Officielle cannoise 2020 seront également projetés ADN [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Maïwenn, Les deux Alfred [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Bruno Podalydès, Gagarine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fanny Liatard et Jérémy Tr…
fiche film
]
de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh, Seize printemps [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Suzanne Lindon
fiche film
]
de Suzanne Lindon, A Good Man [+lire aussi :
critique
fiche film
]
de Marie-Castille Mention-Schaar, Slalom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Charlène Favier
fiche film
]
de Charlène Favier, Teddy [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Ludovic et Zoran Boukherma, Garçon chiffon [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nicolas Maury
fiche film
]
de Nicolas Maury, Rouge de Farid Bentoumi, Ibrahim [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Samir Guesmi, Un triomphe d’Emmanuel Courcol, Des hommes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lucas Belvaux
fiche film
]
du Belge Lucas Belvaux et la coproduction italo-française Last Words [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de l’Américain Jonathan Nossiter.

Invités d’honneur de cette édition, la cinéaste italienne Alice Rohrwacher, son homologue danois Thomas Vinterberg, les acteurs-réalisateurs Viggo Mortensen et Albert Dupontel, l’actrice française Sabine Azéma et son compatriote compositeur Gabriel Yared bénéficieront de rétrospectives et dispenseront des masterclass. Également invité, le metteur en scène américain Oliver Stone dialoguera aussi avec le public et des hommages seront également rendus à l’actrice grecque Melina Mercouri et aux récents et regrettés disparus Tonie Marshall, Michel Piccoli et Max von Sydow. Enfin, le 12e Prix Lumière sera remis aux cinéastes belges Jean-Pierre et Luc Dardenne.

Au programme du festival pointent un célébration du Centenaire de Michel Audiard, la section des Grands classiques du noir et blanc (La Grande illusion, Les Contes de la lune vague après la pluie, Voyage en Italie, Le Septième sceau, etc.), un zoom sur Joan Micklin Silver dans le cadre de Histoire permanente des réalisatrices, une grande partie de la sélection Cannes Classics (les 20 ans de In the Mood for Love, les 60 ans de À bout de souffle et de L’avventura, le premier film de Melvin Van Peebles, un documentaire sur Charlie Chaplin, etc.), le programme Sublimes moments du muet, la sélection Trésors et curiosités, des documentaires sur le cinéma (notamment sur Jack Lemmon, Natalie Wood et Les Rapaces de Erich von Stroheim), une programmation de pour les enfants, les Grandes projections (Dersou Ouzala, Le Guépard, La Planète des singes, La Porte du paradis, etc.) et des titres soutenus par le label Lumière Classics (signés entre autres Robert Siodmak, Luigi Zampa, Jean-Pierre Melville, Joseph L. Mankiewicz, Kon Ichikawa, René Clément, George RomeroDavid Cronenberg, Claude Chabrol, etc.). Le tout sans oublier quelques films en avant-première comme Nomadland de Chloé Zhao, Aline [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Valérie Lemercier et On The Rocks de Sofia Coppola.

A signaler enfin du 13 au 16 octobre, le 8e édition du Marché International du Film Classique avec une douzaine de tables rondes, de présentations de line up et Nathanaël Karmitz (mk2 Films) comme Grand Témoin.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy