email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2020 Compétition / Orizzonti

Le cinéma international reprend son cours à Venise

par 

- Du 2 au 12 septembre, la Mostra proposera une édition post-Covid physique plus mince, mais comme toujours variée et internationale

Le cinéma international reprend son cours à Venise
Nocturne de Gianfranco Rosi

L'édition numéro 77 de la Mostra de Venise promise et confectionnée par son directeur artistique Alberto Barbera malgré le fait que le monde se trouve encore aux prises avec la pandémie du covid-19, sera "physique", plus mince mais comme toujours riche et internationale. Le festival vénitien présentera du 2 au 12 septembre dans ses salles 62 longs-métrages en provenance de 50 pays. Comme Barbera a tenu à le préciser pendant la présentation du programme diffusée en streaming ce matin, 8 des 18 titres en compétition sont les œuvres de réalisatrices.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le premier des quatre films italiens qui seront évalués par le jury du de la compétition, présidé par Cate Blanchett, est Le Sorelle Macaluso [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Emma Dante, tiré de sa pièce de théâtre. Dante a fait ses débuts sur le grand écran à Venise en 2012 avec Via Castellana Bandiera [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Emma Dante
fiche film
]
. Le deuxième film italien de la sélection, Miss Marx [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Susanna Nicchiarelli (précédemment couronnée dans la section Orizzonti avec Nico, 1988 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Susanna Nicchiarelli
fiche film
]
), pourrait confirmer l’émergence d'un grand talent du cinéma italien au féminin. Claudio Noce présentera son troisième long-métrage, Padre Nostro [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, inspiré de faits réels survenus pendant les années du terrorisme, produit et interprété par Pierfrancesco Favino. Un film très attendu est également au programme : Notturno [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Gianfranco Rosi, qui pose sur la dévastation de la Syrie le regard qui lui a valu le Lion d'or 2013 avec Sacro GRA [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gianfranco Rosi
fiche film
]
et l'Ours d'or de Berlin en 2016 avec Fuocoammare, par-delà Lampedusa [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gianfranco Rosi
fiche film
]
.

Nicole Garcia fait partie des rares Français qui n'ont pas renoncé à lancer leur nouveau film en salle, après le confinement : elle est en lice à Venise avec le thriller Lovers. La réalisatrice polonaise Małgorzata Szumowska, Ours d’argent à Berlin en 2018 avec Mug [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Małgorzata Szumowska
fiche film
]
et jury à Venise l'année dernière, revient avec Never Gonna Snow Again, co-signé avec Michal Englert. Les "années de plomb" allemandes sont au centre de And Tomorrow the Entire World de Julia Von Heinz, tandis que Quo Vadis, Aida? de la Bosniaque Jasmila Zbanic revient sur le génocide de Srebrenica. Le Hongrois Kornél Mundruczó, habituellement en lice à Cannes, proposera Pieces of a Woman, un "drame familial d’une rare puissance" interprété par des acteurs américains.

Amos Gitaï, un habitué du Lido, reviendra avec Laila in Haifa, entièrement tourné dans une discothèque fréquentée par des Israéliens et des Palestiniens dans sa ville natale, la plus ouverte d’Israël. Un autre maestro du cinéma, le Russe Andreï Kontchalovski, reconstitue dans  Dear Comrades un épisode réel : la première grève organisée dans une usine, avant d'être réprimée dans le sang par le régime soviétique. C’est grâce à Carlos Reygadas que Barbera a connu le réalisateur originaire de l’Azerbaïdjan Hilal Baydarov, en compétition avec son deuxième film, In Between Dying, un titre "douloureux et bouleversant, une authentique surprise".

"Riche en coups de théâtre", c’est ainsi qu'a été décrit Wife of a Spy de Kiyoshi Kurosawa, pour la première fois en compétition officielle. C’est également une première fois en compétition pour Majid Majidi avec Sun Children, sur les enfants des rues en Iran. La musique est au centre de The Disciple, de la réalisatrice primée Chaitanya Tamhane.

Nuevo orden du Mexicain Michel Franco, sélectionné deux fois à Cannes avec ses films précédents, est décrit par Barbera comme un récit de "science-fiction dystopique, dur et angoissant, dense en références cinématographiques et littéraires". Le deuxième film de Mona Fastvold, The World to Come, raconte une histoire d’amour entre deux voisines à la fin du XIXe siècle, entre dur labeur quotidien et incompréhension masculine. Enfin, la sélection comprend Nomadland, le troisième métrage de la réalisatrice Chloé Zhao, un des titres les plus impatiemment attendus du cinéma indépendant américain, produit et interprété par l’actrice oscarisée Frances McDormand, partagé avec les festivals de Toronto, Telluride et New York.

Cette année, la section Orizzonti ne réunit pas que des premiers films et des réalisateurs peu connus. On y trouve six premiers longs-métrages et quelques retours excellents, comme celui d'Uberto Pasolini sept ans après Une belle fin [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Uberto Pasolini
fiche film
]
, Nowhere Special, inspiré d’une histoire vraie et interprété par James Norton, ou celui de Lav Diaz, Lion d'or 2013 avec La Femme qui est partie, de retour avec Genus Pan. Gia Coppola, sélectionnée à Orizzonti en 2013 avec Palo Alto, y présentera cette fois une histoire de triangle amoureux : Mainstream. Ce sera également un retour pour les documentaristes italiens Martina Parenti et Massimo D'Anolfi avec Guerra e pace.

Parmi les nouveaux noms, on trouve le Grec Christos Nikou avec Apples,  où une maladie mystérieuse frappe la population en la privant de sa mémoire. Giovanni Aloi propose son premier long-métrage, La Troisième Guerre, tandis qu’Ivan Ayr aborde dans Milestone la violence à l’encontre des femmes dans la société indienne. The Wasteland, réalisé dans un noir et blanc rigoureux, est le premier long-métrage de l’Iranien Ahmad Bahrami. Barbera parle également d'"un premier film prometteur" au sujet de I Predatori de Pietro Castellitto, alors qu'il a décrit comme "excentrique et déchaîné" Zanka Contact du Marocain Ismaël El Iraki. C'est d’Australie que vient The Furnace de Roderick Mackay, sur un aventurier qui a volé les lingots d’or de la Couronne. Une autre jeune réalisatrice a été retenue : Ana Rocha de Sousa avec le drame social familial Listen. Wang Jing présentera son premier film, The Best Is Yet to Come, produit par une des pointes de diamant du cinéma chinois, Jia Zhangke.

Un deuxième film Iranien a été sélectionné dans la section : Careless Crime, qui est le troisième long-métrage de Shahram Mokri. La Tunisienne Kaouther Ben Hania, qui avait présenté ses deux premiers films à Cannes, sera à Venise avec L'Homme qui avait vendu sa peau. Le seul film à représenter cette année l'Afrique subsaharienne est La Nuit des rois de l’Ivoirien Philippe Lacôte. C'est de Palestine qu'arrive de son côté Gaza mon amour de Tarzan et Arab Nasser, un film de dénonciation qui adopte le ton léger de la comédie. Du Mexique, on pourra découvrir Selva trágica de Yulene Olaizola, qui a participé à Cinéfondation de Cannes. La liste est complétée par une "comédie slapstick dans les steppes du Kazakhstan" : Yellow Cat [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Adilkhan Yerzhanov.

Les films :

Compétition

In Between Dying - Hilal Baydarov (Azerbaijan/USA)
The Macaluso Sisters [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Emma Dante (Italy)
The World to Come - Mona Fastvold (USA)
Nuevo orden - Michel Franco (Mexico/France)
Lovers
- Nicole Garcia (France)
Laila in Haifa - Amos Gitai (Israel/France)
Dear Comrades - Andrei Konchalovsky (Russia)
Wife of a Spy - Kiyoshi Kurosawa (Japan)
Sun Children
- Majid Majidi (Iran)
Pieces of a Woman
- Kornél Mundruczó (Canada/Hungary)
Miss Marx
 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Susanna Nicchiarelli (Italy/Belgium)
Padre Nostro
 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Claudio Noce (Italy)
Nocturnal
 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Gianfranco Rosi (Italy/France/Germany)
Never Gonna Snow Again - Malgorzata Szumowska, Michał Englert (Poland/Germany)
The Disciple - Chaitanya Tamhane (India)
And Tomorrow the Entire World [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Julia Von Heinz (Germany/France)
Quo Vadis, Aida? - Jasmila Zbanic (Bosnia and Herzegovina/Austria/Romania/Netherlands/Germany/Poland/France/Norway)
Nomadland
- Chloé Zhao (USA)

Orizzonti

Apples - Christos Nikou (Greece/Poland/Slovenia)
La troisième guerre - Giovanni Aloi (France)
Milestone - Ivan Ayr (India)
The Wasteland - Ahmad Bahrami (Iran)
The Man Who Sold His Skin - Kaouther Ben Hania (Tunisia/France/Germany/Belgium/Sweden)
The Predators [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Pietro Castellitto (Italy)
Mainstream - Gia Coppola (USA)
Genus Pan - Lav Diaz (Philippines)
Zanka Contact - Ismaël El Iraki (France/Morocco/Belgium)
Guerra e pace - Martina Parenti, Massimo D'Anolfi (Italy/Switzerland)
La nuit des rois - Philippe Lacôte (Ivory Coast/France/Canada)
The Furnace - Robert Mackay (Australia)
Careless Crime - Shahram Mokri (Iran)
Gaza mon amour - Tarzan and Arab Nasser (Palestine/France/Germany/Portugal/Qatar)
Selva trágica - Yulene Olaizola (Mexico/France/Colombia)
Nowhere Special - Uberto Pasolini (Italy/Romania/UK)
Listen - Ana Rocha de Sousa (UK/Portugal)
The Best Is Yet to Come - Wang Jing (China)
Yellow Cat [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Adilkhan Yerzhanov (Kazakhstan/France)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy