email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Espagne

Critique : Voces

par 

- Ce premier long-métrage par Angel Gómez est un film d’horreur exténuant et bruyant qui fait résonner trop de références du cinéma de genre sans arriver à trouver son timbre guttural propre

Critique : Voces
Ramón Barea et Ana Fernández dans Voces

On perçoit clairement, dans le premier long-métrage d'Angel Gomez, intitulé Voces [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Angel Gomez
fiche film
]
, que le réalisateur a nourri son imaginaire personnel en ingérant énormément de films d’horreur. À tel point que son premier film évoque quelque peu un DJ set qui met ensemble des fragments de films classiques, modernes et intemporels surgis d’un genre cinématographique qui compte tellement de fans qu'on pourrait remplir plusieurs stades en les regroupant, et qui est aussi un des plus risqués et glissants si on ne contrôle pas ses éléments narratifs de manière à confectionner avec eux une histoire qui accroche, qui effraie et surtout qui soit plausible.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Devant Voces, l'aficionado ne peut pas ne pas rencontrer les références en question, qui vont de Ne vous retournez pas de Nicolas Roeg à Candyman, en passant par le sous-genre des films avec maisons enchantées ou lugubres, de Poltergeist au succès espagnol L'Orphelinat [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Juan Antonio Bayona. Gomez utilise sans conteste ces influences avec aisance et rythme, et les débusquer peut devenir un stimulant amusant pour le spectateur, mais... est-ce le seul élément de structure sur lequel le film repose ?

Voces, réalisé à partir d’un scénario de Santiago Díaz sur un sujet de Gomez et Víctor Gado, se passe dans une demeure qui découragerait par son seul aspect la plupart des gens d'y pénétrer. Cependant, comme l’exige le genre, l’inconscience doit être une des faiblesses de la famille au centre de l’histoire, qui hypothèque sa vie pour aller vivre (mal) dans cette maison, bien que cela présente un danger évident face auquel ils ne prennent pas les mesures adéquates. Et bien sûr, la tragédie qu'on sent poindre dès la première minute va survenir...

À partir de là, un enchaînement de situations affreuses va aller crescendo, tant et si bien que Voces ("voix" en français) termine assourdi par son excès d’ambition, par cette montée en puissance dramatique sans retenue et par une recherche d'effets trop forcée qui camouflent son propos psychologique sous-jacent pour transformer le film en un parcours dans une maison des horreurs dont le spectateur ressort avec la sensation d’avoir été agité, certes, mais pas (profondément) stimulé.

Voces a été produit par Feelgood Media (Juan Moreno et Guillermo Sempere), Kowalski Films (Koldo Zuazua), LaNube (Jose Carmona et Ana Figueroa) et Estudio V (Arantxa Domingo, Roberto Sanz et Angel Gomez lui-même), avec la participation de la Radio-télévision espagnole (RTVE) et Canal Sur Televisión. Ses droits pour l’international ont été achetés par Film Factory Entertainment. Le film a le soutien du Ministère de la Culture – ICAA et il doit sortir dans les salles espagnoles le 24 juillet, avec Entertainment One.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy