email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Cannes 2022

Dossier industrie: Distribution, exploitation et streaming

Comment reconquérir le public français en salle ?

par 

CANNES 2022 : Pas de fatalité à la chute de la fréquentation en France ; digitalisation du marketing et dématérialisation de la billetterie sont des directions évoquées par les professionnels

Comment reconquérir le public français en salle ?
Magali Valente, directrice du cinéma au CNC ; Aurélien Bosc, président directeur général des Cinémas Pathé Gaumont ; Philippe Martin, producteur, Les Films Pelléas ; François Clerc, distributeur, Apollo Films ; Julien Marcel, directeur général, Allociné ; Christine Beauchemin – Flot, co-présidente, Syndicat des Cinémas d'Art, d'Essai et de Répertoire (SCARE) (© Eric Bonté/CNC)

Les participants à la table ronde du CNC du 23 mai dernier au Festival de Cannes ont analysé à chaud les résultats de l'étude du CNC sur "les Français qui vont moins au cinéma" présentée le matin même (lire la news). Personne n'a envie de baisser les bras devant la chute de la fréquentation, qui n'est pas simplement due à la concurrence de l'offre des plateformes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Selon Julien Marcel, directeur général d’AlloCiné, "L'étude du CNC-Vertigo présentée ce matin montre quand même que plus de la moitié des spectateurs sont retournés au cinéma comme avant la crise, ce qui est un signe très encourageant. De plus, une étude récente de l'AFCAE a montré que les abonnés aux offres des plateformes sont davantage consommateurs de cinéma en salle que les non-abonnés. C'est une autre bonne nouvelle."

Philippe Martin, producteur de films art et essai avec sa société Pelléas et qui a produit notamment les derniers films de Pierre Salvadori et de Mia Hansen-Løve, dit : "J'ai sorti mon premier film en 1992pendant la vague d'arrivée des télévisions privées et chaînes de cinéma. Mais aujourd'hui la vague de la concurrence des plateformes est encore plus forte. A la différence d'autres producteurs, je n'ai pas créé de département de séries, je choisis de recréer de la valeur sur le cinéma d'auteur. Il faut changer nos habitudes de travail pour la sortie des films, mettre l'exploitant au cœur de notre sortie : il faut penser autrement les tournées province, les animations dans les salles."

La bande annonce reste la principale source d'information des spectateurs, qu'elle soit vue dans les salles ou sur internet. Mais comme le décrit François Clerc, distributeur à Apollo Films,

"l'indice de notoriété des films la semaine avant leur sortie est en baisse depuis trois ans : à investissement égal, un distributeur a moins de notoriété sur son film. Quant aux tournées avec le réalisateur en province j'en ai toujours organisé, des centaines récemment avec Jean-Pierre Améris ou Louis-Julien Petit. Elles sont essentielles. Le film Maison de retraite de Thomas Gilou a rassemblé 80 000 spectateurs en tournées province."

"Il y a un domaine dans lequel la France est très en retard, c'est la digitalisation du marketing et la billetterie en ligne, souligne Julien Marcel. Seul le circuit Pathé Gaumont est en avance avec 70 à 80% de ventes de billets en ligne alors que le reste des salles est plutôt à 15%. Les circuits américains ou allemands sont à 50%. Pour plaisanter je dis souvent que le gros événement récent c'est que ma mère est sur Skype et que pour elle, acheter un billet en ligne est devenu très facile."

Aurélien Bosc, président directeur général des Cinémas Pathé Gaumont revient sur l'expérience du circuit dans ce domaine : "Nous travaillons sur la communication individualisée : nos spectateurs créent leur compte et nous pouvons mettre en place une communication personnelle, avec des notifications push sur leur téléphone, des propositions de films adaptées à leur goût. Cette nouvelle façon de communiquer avec le client engendre un lien différent avec le distributeur et permet d'augmenter la vente de tickets de 7 à 10% par client touché en digital."

Les indépendants ont aussi anticipé cette digitalisation de la billetterie et de la communication. Ainsi le producteur Philippe Martin a développé voici deux ans Ariane : une plateforme pour les distributeurs d’analyse de données et de comportements des publics pour augmenter la visibilité et l’attractivité des films sur les supports digitaux. "On peut tester des bande-annonces, adapter une campagne de marketing digitale selon ce qui marche ou pas, mieux connaître les audiences présentes en ligne et donc le public jeune. En tant que producteur de films d'auteur je ne peux pas subir 30% de baisse de fréquentation sur mes films sans rien faire !"

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy