email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

"Nous sommes confrontés à du jamais vu et ne pouvons nous appuyer sur des expériences précédentes du même type"

Dossier industrie: Produire - Coproduire...

Flavia Zanon • Productrice, Close Up Films

par 

La productrice Flavia Zanon de la société suisse Close Up Films, qui fait partie des Producers on the Move 2020 de l'EFP, évoque sa carrière et la situation actuelle de l'industrie du film

Flavia Zanon  • Productrice, Close Up Films

La productrice Flavia Zanon de la société suisse Close Up Films, qui fait partie des Producers on the Move 2020 de l'EFP, évoque sa carrière et la situation actuelle de l’industrie du film.

European Film Promotion : Le coronavirus est un vrai défi pour toute l’industrie du film. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
Flavia Zanon :
Cela signifie accepter qu'il y a très peu de choses qu’on peut contrôler et se concentrer sur ce qu’on peut vraiment accomplir, au quotidien. J’essaie actuellement d'organiser le tournage d'un long-métrage cet été et c'est renversant de voir quel genre de questions je dois me poser. Est-ce que les frontières vont être ouvertes ? Est-ce que les assurances vont accepter de nous couvrir ? Puis-je demander à toute une équipe de rester en quarantaine pendant neuf semaines ? Comment vais-je trouver l’argent en plus pour payer cette quarantaine ? Pourrai-je obtenir un prix de gros sur 8000 masques ? Faut-il récrire tout le scénario de manière à correspondre aux régulations ? Est-ce que ces régulations vont être mises en place par l’État à temps pour que je puisse lancer les préparatifs ? Est-ce que le film ressemblera encore au film que nous avions envisagé ? Comme je disais, l’effet domino est hallucinant…

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

En effet, l’édition de cette année de Producers on the Move va être complètement numérique, sans aucun contact personnel. Qu'attendez-vous du programme ? Est-ce que ça reste une chance pour vous ?
Mon sentiment est qu'aujourd’hui, peut-être plus que jamais, il est important pour nous les producteurs de nous parler entre nous. Nous sommes confrontés à une chose qu'on n’a jamais vue avant et ne pouvons pas nous appuyer sur des expériences similaires du même type. Alors rassemblons-nous tous pour réfléchir pendant une semaine. Oui, nous allons probablement avoir beaucoup d’idées bêtes et peu pratiques, mais si une personne imagine une chose concrète qui peut être faite pour rendre la situation un peu plus gérable, ce sera une petite victoire.

Est-ce que vous participez aux aspects créatifs/artistiques de la création d’un film ?
J’adore la phase de développement. Être témoin de l’évolution d’un projet, étape par étape, donner des avis, partager des idées… C’est extrêmement gratifiant ! Si on attend de moi que je me batte bec et ongles pour qu’un projet se fasse, j’ai besoin de me sentir impliquée.

Quel est le problème le plus compliqué que vous ayez dû résoudre en tant que productrice ?
En gardant à l’esprit la situation actuelle, je suis nostalgique de l’époque où la météo était la contingence principale...

Quelles sont selon vous les spécificités de l’industrie du film dans votre pays ?
Je viens de Suisse, un petit pays où nous parlons quatre langues. Cela en soi est un défi pour le marché du film local, qui est fragmenté. Nous ne pouvons presque compter que sur les subventions publiques pour financer nos films. Il y a du pour et du contre, mais je pense que jusqu'ici, ce système a montré qu’il était fiable, transparent et cohérent.

Quels projets sont dans votre futur proche ? Où vous voyez-vous dans 10 ans ?
J’ai récemment commencé le développement d'un projet de long-métrage, Tanzanite de Kantarama Gahigiri. Le film est coproduit par la société sud-africaine Urucu Media et il sera tourné au Kenya, ce qui est un nouveau défi excitant pour moi.

Je développe aussi le premier long-métrage documentaire de Pauline Jeanbourquin, The Gift. Le film, tourné sur cinq ans, va suivre Aaliyah, une adolescente ordinaire qui vit dans la campagne suisse. À la veille de son 15e anniversaire, son arrière-grand-père annonce qu’il l'a choisie pour être sa seule héritière. Elle va recevoir le "secret", un ancien don de guérisseur…

Quant à savoir où je me vois dans 10 ans… J’espère que je serai sur un tournage de film, à me préoccuper de la météo.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy